DEVELOPPEMENT

Dans ma démarche artistique, je développe film et plan-film en cuve Paterson & Jobo en prenant le soin d’accomplir toutes les étapes d’une manière rigoureuse.

A  vingt-cinq ans, j’ai réalisé un an de formation comme technicien labo touchant, le procédé E6 , procédé C41, N&B , suivi de chimie, traitement croisé, sensitométrie, colorimétrie.

Ma production peut aussi être réalisée en collaboration avec un laboratoire professionnel privilégiant la qualité et stabilité de leur chimie. Mes négatifs sont archivés dans des boîtes en carton sans acide, pochette en papier PH neutre, résistant au vieillissement.

CHAMBRE NOIRE

J’ai fait mes premiers pas dans l’univers de la chambre noire à l’âge de quinze ans. Aujourd’hui, je matérialise  mes tirages d’après négatif sur un agrandisseur Oméga Prolab ou Omega Super Chromega D Dichroic II (Color), allant jusqu’au 4″x5″ inch.

Mes compétences comme tireur vont du tirage manuel type R3, RA4, N&B au tirage cibachrome en machine. Cet acquis manuel me sert beaucoup lors de mon travail informatique en post-production.

ANALOGIQUE / NUMERIQUE

Garder les fondamentaux de l’argentique et savoir le traduire en numérique : Je fais très attention à la qualité de reproduction de mes négatifs & diapositives. Je garde le même besoin pour mes tirages à l’agrandisseur ou après numérisation pour obtenir un bon fichier numérique. Dans ma production, le Coolscan Nikon et l’Imacon sont une base importante de ce passage de l’analogique au numérique.

PAPIER ARGENTIQUE

Je conserve un attachement très fort pour les tirages qui ont fait la richesse de ce medium, 100% analogique.

Dans un tirage à l’agrandisseur couleur, le papier est développé dans un procédé chimique RA4 puis lavé et séché. Cette technologie donne un rendu de très haute finesse, incluant implicitement la rigueur de la prise de vue.

Dans la richesse du noir et blanc, le baryté avec son support épais, sa couche de sulfate de baryum reste un papier magnifique. Lors du fixage, la feuille d’aspect blanc minéral s’équilibre parfaitement en nuance de gris et en noir profond, renforçant la photographique. Pour la question du temps de conservation; l’histoire de sa la longévité n’est plus à prouver.

* Photographie issue de mon travail « Mémoire d’une résistance» Titre : Manuel Madrona tirage signé, réalisé sur un agrandisseur couleur, type machine RA4, papier chromogène Fuji sur feuille 30×40 cm en 8 exemplaires.